Articles Tagués ‘terrorisme’

— Tu fais dans le terrorisme Mohamed ?
— Pas vraiment, mais faudrait pas grand chose pour que je m’y mette.
— Parfait. Tu es éligible.
— C’est à dire ?
— On va te fourguer dans un de ces centres qu’on vient d’ouvrir pour laver vos cerveaux malades. Tu as juste à être d’accord. D’accord ?
— D’accord. J’attendais juste qu’on me donne les moyens de me radicaliser. Voilà, c’est fait, merci.

 

De notre envoyé spécial au Breïzistan.
Suite au discours que le président de la région Breïzistan a tenu dans la langue locale, le breïzistanais, le gouvernement central a déclaré l’état d’urgence dans cette région de l’extrême ouest du pays.
On leur donne ça, a déclaré le ministre de l’intérieur en précisant sa pensée à l’aide d’un zéro formé du pouce et de l’index de la main gauche, et ils veulent ça, a continué le même en dressant à la verticale le pouce seul . Ils auront ça, a-t-il ajouté en dressant le majeur, les autres doigts repliés sur la paume, geste universel dont la signification tombe sous le sens. Ils veulent la guerre, ils l’auront : la République une et indivisible ne peut accepter de telles dérives.
L’état d’urgence décrété, il s’est rendu au Foutesk, la brasserie en vogue dans les hautes sphères de l’état. On y cause exclusivement le français, le personnel est français (chaque employé s’est vu attribuer le label  “Français de souche” tant convoité par les étrangers, les Auvergnats et d’autres), la cuisine est française, de même que la femme du cuistot, c’est dire. Le Foutesk, où le ministre a rappelé ce que serait cet état d’urgence. Après avoir trinqué à la République et s’être empiffré de tripes à la mode de Caen, il en a exposé les principaux points :

«Toute personne surprise à fabriquer, trafiquer ou consommer des galettes ou crêpes (fussent-elles de deuil), du jus de pomme fermenté, des gâteaux écœurants bourrés de beurre et autre beurre salé sera passible de poursuites. Croyez-moi, les habitants du Breïzistan vont se faire de sacrés mollets de campeur… »

Interrompant son discours, le ministre a demandé qu’on lui remplisse le verre qu’il tenait en main. « Pas mal, les tripes, mais un rien salées », a-t-il dit en tendant son verre à Charly, le chef de rang du Foutesk, avant de reprendre.

« Les Goubiden, ces coiffes ridicules qui ressemblent à des tuyaux de poêle ajourés dont les femmes se couvrent le crâne sont désormais prohibés, comme le sont les chapeaux ronds à rubans des Breïzistanais. Ils ont des chapeaux ronds, vive les…
Je plaisante. »

— Charly, mets-moi une coupe.
— Ça vient. Et une coupe pour le ministre, une !

« Mesure far phare, l’enseignement du breizistanais et son usage dans les administrations sont interdits dorénavrant… je veux dire interdits à compter de tout de suite, d’autant qu’à force d’en user, c’est usé. Pareil pour ces rassemblements imbéciles où des sales merd… des mioches, passe encore, et des adultes attardés font la ronde en massacrant les parquets à grands coups de sabots lors de leurs fêtes, les fècesnoces, ils appellent ça, ou un truc pas loin.  Des orgies tapageuses, oui, et qu’ont rien à voir avec not’ 14 juillet. »

— Charly, Faut que je te l’demande comment ? Mets-en deux, tant que tu y es.

«Interdits les bagdads, des cliques que rien que le nom, si ça c’est pas du terrorisme, faut m’espliquer.  Déjà pour les oreilles. C’est que ça y va les couacs, avec leurs binious, que ça mériterait à l’aise d’être arrosé de  chevrotine. Les sabotiers, et leur fâcheuse tendance à saboter ce qui est sabotable, vont être soumis au port obligatoire du signe de leur infamie, que dis-je, de leurS infamieS, je vais me gêner ! Leur Hermine, ils veulent pas se la mettre dans le fondement ? qu’à cela ne tienne. On va leur faire briser les sabots en mille morceaux, et ils y tailleront à l’Opinel leur symbole celte à la noix. Qu’ils devront le porter sur leur poitrine de porcs breïzistanais.  Et en tant que ministre be l’indérieur, j… j’interdi… ça sera défendu de…»

— Du de fous de ma gueule ou guoi avec tes coupettes ? Laisse la bouteille et ap… app… file-moi un grand verre.

« Saint Yves et Sainte Anne, c’est  norédravant… c’est maintenant du passé, que ces têtes de mule de breïzistanais se mettent ça dans le grâne. Rayés du galendrier républicain Yves et la sœur Anne qui verra plus rien venir ne seront plus fêtés, c’est comme ça. Les cousins à la mode du Breïzistan, c’est fini. Finie aussi la pêche aux moules du Breïzistan, fini le homard à l’améric, je veux dire à l’armoricaine, blus dout le resde y’aura qu’à lire la lisde ovizielle dans le journal oviziel.
Tout élu, tous les élus, vive zélu… je plaisante, ou rebrévendant de l’ordre, du clervé, de l’adm… de l’admi… l’admisidration, ceux de la vongtion bublique, quoi, des transborts en gommun, des p… pét… des PTT, des assoc… et de la société civile pris à parler le breïzisdanais ze verra banni et débozédé défait déboudé déceptionné déçu, je veux dire déchu de la natio… nalité française.»

— Boudin… budin de bébie… Et merde, putain de PéPie. Vait zoif. Chhhh… Charly, j’ai zoiv, nom de dieu.

«Font chier, au Breïzistan, avec leurs gonneries. Pour la peine, leurs eaux deritoriales seront radajées à la Vendée ou à la Normandie zelon le gas.»

Si la terreur n’avait pas autant la cote, les actes de terrorisme, sans passer inaperçus, ne feraient peut-être pas la une des médias comme ils la font. Médias historiques –radios, télés, presse écrite– et  médias hystériques –réseaux sociaux– où chacun s’échine à faire de la surenchère, buzz oblige.
Personne d’autre que ces crapules de djihadistes, n’a jamais eu droit à une telle couverture médiatique, autant dire publicité gratuite, locale, nationale et internationale. Pub directe, lorsque sont relatés les méfaits assassins de ces gens prêts à tuer leurs proches et à faire violer par leurs coreligionnaires dévoyés leurs propres enfants ; pub indirecte, surtout de la part des médias hystériques où on ergote à tout va sur les événements en cours, avec mise au placard de l’usage du conditionnel.  Ils encombrent l’espace numérique, d’une certaine façon s’immiscent dans les interventions de la police et de la justice et en gênent le bon déroulement. Mais l’indécence étant la clé d’une forte audience, laquelle participe à l’émergence d’un consensus (on est tous Charlie, on est tous Paris, on est tous des veaux), on laisse faire, on se laisse prendre au piège, pourvu et tant que chacun y trouve son compte.
Une multinationale de  l’événementiel est née. Bravo et félicitations aux parents finauds dont l’entreprise, au final, aura coûté moins de 200 morts, quelques dizaines d’orphelins, de veuves et de veufs. Plus quelques dégâts matériels (si dommageables). Une misère si on pense aux 30000 victimes du terrorisme qu’il y a eu en 1 an et qui n’ont pas eu la chance d’être tenus au chaud sous une bonne couverture médiatique.

NB : le malheur des uns (perte d’être chers) fait le bonheur des autres (ne souhaitant vexer personne, je n’entrerai pas dans le détail), ce qui ne les empêche pas de compatir, tout en se félicitant éventuellement de la progression d’un chiffre d’affaire, compassion et intérêt n’étant pas incompatibles.
Jusqu’à présent pas touché directement par ces actes terroristes cruels, orduriers et imbéciles, je me refuse à m’accorder le droit de sombrer dans la tristesse. Elle est réservée à qui serait dans l’affliction. Convenances obligent, et quand bien même cela serait convenu, recevez mes condoléances si vous avez été blessé(e) dans votre chair, dans votre cœur ou dans votre conscience.

— Moi, je dis qu’i faut tout y éradiquer, les arabes. Plus d’arabes, plus de terrorisme.

— Mouais, mais les arabes, c’en est bourré. Moi je dis que si on supprime tous ceux qu’ont le profil de victimes et tous les machins que ça fait des cibles pour les terroristes, on leur enlève le pain de la bouche, aux arabes. Plus de victimes possibles, plus de terroristes.

— Ah oui, et ceux qui feraient les victimes, tu fais comment pour y trier parmi tout ce beau monde ?

— Ch’sais pas, et c’est pas mes affaires. C’que je sais, c’est que tous les arabes sont peut-être pas des terroristes. Que même y’aurait des arabes chrétiens.

— Je dis pas non, mais avoue qu’on peut pas leur faire confiance. Ce qu’ils baragouinent, on n’y comprend que dalle, et c’est pas pour rien. Quand ils causent, tu crois qu’ils parlent de quoi ? Des saloperies qu’ils vont faire. Sinon, ils causeraient comme nous. C’est comme les sourds et muets que la plupart sont pas plus sourds que toi et moi. Ils sont faux, les sourds, comme les arabes. Les pires, c’est les arabes sourds et muets.

— Ou aveugles. Ou encore ceux qui sont en chaises roulantes qu’entre parenthèses, qui c’est qui les leur a payées ?

— Un arabe sourd muet qui se balade comme ça, mine de rien, dans son fauteuil roulant, tu peux être sûr que c’est un terroriste. Son engin, je te file mon billet que si tu le démontes, il est bourré d’explosifs.

— Une vraie machine de guerre.

— Il est là, à jouer le touriste, sûr de lui, fin prêt à nous planter un couteau dans le dos, façon de parler –si tu vois c’que j’veux dire–, parce que 10 kilos d’explosifs, c’est encore autre chose. Il s’imagine quoi, ce foutu salopard ? Qu’on va pas se bouger le cul et le laisser faire ses petites affaires de merde à sa guise ? C’est par où qu’elle est déjà, la Seine ?

Moi, ce que je dis, et y’a persone qui me force la main, c’est que le merdier au Moyen orient, à mon avis, faudrait tout y éradiquer. Y’a personne qui me force la main, mais faut dire qu’à cause que je lis dans les pensées des uns, des autres et du reste, ce qui fait pas  mal de monde, même si c’est rien que les pensées de ceux-là qu’ont le pouvoir, je veux dire ce que les canards et les jités appellent les responsables, leurs pensées, elles finissent par être les miennes, et comme c’est des responsables, elles sont pas stupides et peuvent qu’être bonnes, leurs pensées. Bon, y’en a qui seraient prêts à prétendre ou près de prétendre que c’est pas leurs pensées, mais faut pas me la faire, parce que je lis même dans les pensées qui sont pas encore pensées, celles qui sont en devenir, et aussi celles qui sont qu’à moitié pensées parce que si elles l’étaient conplètement, ça ferait du bouzin et de la honte, que plus d’un rougirait, on peut me croire, et sûr qu’il y en a qui porteraient le truc devant les tribunaux, si ils ont assez de courage ou si ils ont rien à perdre, comme les idiots qu’ont pas un rond, pas de bonne femme, et que les gamins ils ont été placé à cause que rien que de les trimbaler avec soi, faut y assumer, avec la morve et tout.
J’y viens. Moi je dis que si on avait un gros stock de bombes, un gros stock d’avions ou même rien que des aéronefs pour aller les balancer, un gros stock de gros cons galonnés avec des couilles grosses comme ça, que le mot tergiverser ils risquent pas de l’avoir inventé, même s’ils auraient pu parce que, justement ils tergiversent pas, mais ils l’ont pas fait parce qu’ils ont aute chose à faire, comme aller balancer sans hésiter leurs bombes sur la gueule de ceux-là qui nous emmerdent, avec leur terrorisme et leurs églises à la con, si on peut appeler ça des églises vu qui y a pas de croix avec un type dessus qu’a les bras tout pareil en croix, on se fout de qui ? et je parle pas des boulots qu’ils nous prennent, des allocations familiales, et la sécu, et les congés payés qu’ils profitent, on va ou ? Moi, la Scierie, je te le lui balancerais des bombes incendiaires que ça va pas traîner, et en même temps je te fais pareil sur l’Iran, sur l’Iraq, sur l’Egypte, sur partout dans le coin et je vais même plus loin, sur Israël, c’est pas des vrais arabes, mais pas loin, et plus personne nous fera chier. La paix, c’est à coup de baffes que ça se fabrique, en tous cas c’est ce que je lis dans les pensées des gars, même la plupart, sauf que ça se dit pas, que les murs auraient des oreilles, à ce qu’on dit, et tout, avec internet, même les ricains ils écoutent, mais eux c’est pas pareil, et puis si c’est pour se faire taxer de facho, merci.
Bon, d’accord, avec ce qu’il faut comme bombes, avions, hélicos, pilotes, casse-croûte et packs de bières, vaudrait mieux que tous les pays libres des démocraties ils soient ensemble, à cause que si ils sont pas ensemble, ça risque de manquer d’avions, de bombes et de pilotes et du reste aussi. Les britishs, je sais pas, ils seraient faux culs sur les bords que ça m’étonnerait pas.
Bon on a tout, les moteurs d’avions vrombrissent, avec dedans des mitrailleurs avec des mitrailleuses et des GPS pour pas se gourer de cible, on sait jamais, ça arrive, mais c’est comme ça et on n’y peut rien, et au top, c’est parti, et au retop, on te fait un joli lacher de bombes que plus personne nous fera cheré, ça c’est sûr. À part peut-être les russes ou les chinois, on leur fait pareil si ils nous cherchent, et c’est tout. Même punition, même ordre, même motif, comme on nous disait à l’armée, c’est futé, l’armée.
Maintenant, une supposition qu’on a pas assez d’avions ou de bombes ou même de pilotes, pour les packs de bière ça devrait faire, caisse qu’est-ce qui nous empèche qu’on s’arange de se les faire rentrer dedans entre eux, comme ça avait fait entre l’Iran et l’Iraq, hein ? Qu’on y avait bien un peu mis le feu aux poudres, avec toute la poudre qu’on leur avait vendue, c’était pas con. Qu’est-ce qu’on s’emmerde à aller bombarder la Scierie Syrie puisqu’ils font très bien le boulot tout seul, aprés tout ? Mais j’ai rien vu de tel dans les pensées des responsables, à moins que je sache pas ce qui ce passe. C’est dommage parce que une supposition que les chiites et les sunnites il se foot foutent sur la gueule, que c’est pas compliqué qu’ils y fassent, qu’il suffit qu’ils aient les armes pour y faire, plus les munitions et des encouragements, ça aide, il suffit de faire de l’intox, ça fait pareil pour attiser la haine, c’est quand même pas bien compliqué, nom de dieu. Tu ajoutes des juifs au milieu, il y en a dans le coin, et garanti que le ménage il est fait et qu’on a plus qu’a venir ramasser les chandeliers en or, les dattes et les bidons d’essence.
Moi, je dis que c’est faisable, à condition encore faut-il qu’on aille pas y brailler sur les ondes ou au Gévain ou dans les canards, ça serait le comble. Secret défense, on se la ferme et sait c’est tout. Qu’on va quand même pas prévenir la Scierie Syrie et les autres comme y en a qui font, qu’on va y punir, on aura tout vu !
En tout cas c’est pas le choix qui manque, soit on rase tout, soit on les embrouille pour qu’il y fassent eux-mêmes. Moi, je dis que la deuxième solution, c’est pas plus couillon et que ça laisse les mains propres, que c’est pas sûr qu’on a bien besoin de se les salir encore, je parle pas pour moi.