Articles Tagués ‘santé’

Les élections y’a que dans les pays libres qu’il y en a. Si on peut voté c’est qu’on est libre,  et on est libre a cause de nos aïlyeux qui ont fait ce qu’il fallait pour, alors faudré que ce soi obligé de voté et c’est comme sa qu’on sera encore libre, pas comme chez les arabes que quand ils vote sa veut rien dire a cause qu’ils save mème pas lire, mais ça les regarde. Je veux bien mais si c’est rendu obligé qu’on vote ça va faire quoi ? Déjà que des qui vote y’en a un paquet qu’est pas futé et ceux qui vote pas c’est pas qu’il voudrait pas mais ils save pas lire, si ça se trouve. Et si ils save pas lire pour qui il vont voté les analfabètes ? Je sai y’a les images alors on sait qui c’est a cause de leur tète en photo, mais quand mème, qu’on est mème pas sur que c’est leur vrai tète. Et vous croiyé quoi ? Et bien c’est pour le plus con qu’ils vont voté, c’est sur, a cause qu’entre cons on se reconnais et on se soutien. La preuve avec les éléctions qu’il y a eu avant, que c’est bien des cons qu’on été élu président. Aujourdhui un type comme Fillon, c’est qui qui le soutien ? Des cons que sans eux Fillon on en causerai mème pas, et qu’en plus c’est dans leur poche a eux que Fillon il se serre, qu’il serait écossé ou auvergnat que sa m’étonneré pas, ou mème israélite mais je crois pas a cause que si c’en été un il aurait le drôle de béret trop petit qu’ils porte pour montrer qu’ils le sont, que la chéchia c’est pas leur tasse de thé.

Moi je dis que pour voté faut comprendre comment ça marche tout ça, du genre l’état, les impos et tout le bataclan, les assemblés et tout, l’économie aussi, les écoles et la santé. La santé je connai, y’en a qui dirons, je veux bien mais c’est pas 2 ans passé a l’ombre qui fait qu’on a tout compris. C’est comme l’armé, les militaires avec leurs avions, les chars et le reste. Qui c’est qu’a fait l’armé chez les blancs becs ? Et chez les gonzesses, comme le fille Lepène, elle la fait son service pour y comprendre quelques choses a la défence nationale ? Vous la voyez devenir le chef des armés ? Du coup pour voter faudrai qu’on ai fait son service militaire sinon c’est pas la pène.
Puis ça serai pas plus mal qu’on pourrai voter que si on paiyerai. En espèce, c’est mieux pour les candidats. Faudrai passé un examen des lecteurs qui serait paiyant, qu’il y ai pas des bouseux ilétrés ou des qui cause mème pas français, y’en a, ou encore des qu’on pas un sou vaillant qu’ils vive de quoi, je vous le demande, de rapine, des voles à la tire et même avec tir avec des armes qu’ils ont fait comment pour se les acheté ?

Bon, c’est le grand jour et on va a l’école ou faut aller pour glisser son buletin. Il te faut ton attestation comme quoi tu as fais ton service militaire, ton certificat d’examen de citoyen qui certifie la preuve que tu sais comment ça fonctionne tout ça, faut pas oublier les sous que tu glisses dans l’enveloppe avec le nom du candidat que tu veux qu’il sera président. Le vote faut pas que ce soit gratuit parce que sinon n’importe qui peut voté, tous les peigne cul, les bitniques, les zazous, les niacoués, les nègres et les arabes et les imigrés aussi qui faut pas qu’ils vote a cause qu’ils y connaissent rien, bref les bouches inutiles comme les étrangers. Alors que si tu paies et pas mal cher c’est la preuve que t’es pas un loquedu et que t’es pas de la raclure qui profite des largeurs de l’état.
Après que t’as voté, y’en a un qui ouvre l’enveloppe, un autre qui conte le pognon, un autre qui le range en le classant relatif à çui qu’on a voté, un autre qui compte les voix pour, etc avec en plus un qui remplit les godets et les autres qui les vide. Une fois un gars élu, on distribue le pognon a qui de droite. Ça a rien couté a l’état et tous le monde est content qu’on a un nouveau président, sauf ceux qu’ont pas voté pour lui et qu’ils ont perdu leur temps a faire un acte de citoiyèneté qu’a servi a rien, qu’ils auraient mieux fait de rester pénard au plumar ou au bistrot.
Moi je dis qu’il faut qu’il y a que 2 candidats au maximum, et si y’en a qu’un c’est encore mieux, qu’on peut aller faire le tiercé plutot que perdre son temps en allant voté pour un qui sera pas élu. Comme dans des pays ou ça marche du feu de dieu et que ça moufte pas.

Pour en revenir aux gonzesses, elles ferait mieux de rester au fourneau a cuire le poulet du dimanche, que les élections c’est toujours le dimanche après la messe ou avant pour les lève tot, que le bistrot il ouvre des le matin.

Publicités

— Les pauvres, si ils sont pauvres, c’est qu’ils l’ont bien voulu.
— Je suis d’accord, c’est pareil pour les riches, si ils le sont, c’est qu’ils l’ont bien voulu. Et ceux qui sont ni riches ni pauvres ?
— C’est qu’ils savent pas ce qu’ils veulent. C’est comme pour la santé. ceux qui sont en bonne santé, c’est qu’ils le veulent bien. Et ceux qui y sont, à la Santé, c’est qu’ils l’ont bien voulu. Ou alors, ils l’ont bien cherché, c’est tout.
— Mais si je prends mon cas, par exemple, que je connais, depuis le temps. C’est pas que je veux pas être riche, au contraire, et encore moins que je veux être pauvre, mais j’ai beau eu faire, j’ai jamais réussi à rouler sur l’or. C’est pas que je me plains, mais ça me gênerait pas de rouler sur l’or, voilà tout.
— C’est que tu vis dans un quartier pourri, et c’est pas dans un quartier pourri que tu risques de rouler sur l’or. Pis d’abord, avec ta caisse pourrie, t’as aucune chance qu’on te laisse passer chez les rupins, là où c’est qu’on roule sur l’or. Pour te dire, chez les rupins, les pères Noël, tu leur tends la main et ils te refilent cent balles. Ici, tu leur tends la main… C’est idiot c’que je dis, y’a pas de rupins ici. Ici, le père Noël, tu lui as pas tendu la main qu’il t’a déjà chouravé ta breloque.
— Je m’en fous, j’ai pas de bagnole. Pas de montre non plus. Pis ce que tu dis, ça dépend des pères Noël.
— ?
— Y’en a des vachement sympas. L’autre jour, pour te dire, j’en croise un. Un vrai, je pense, à cause qu’il causait pas comme nous alors que les bidons c’est comme nous. Un barbu dans un grand manteau, comme ceux qu’on voit d’habitude. T’as pas cent balles ? je lui ai demandé. Il m’a emmené chez des potes à lui. Des mecs qu’on aurait dit aussi des pères Noël, question barbe, mais pas question couleur, à cause que leurs robes étaient noires ou marron ou je sais pas.
— Mouais, et après ?
— Ils m’ont refilé des pâtisseries et du thé, à me gaver comme un porc.
— T’as bu le thé ?
— Parce que j’aurais une tronche à m’enfiler du thé ? C’est dégueulasse, ce machin. Mais les plantes, elles, elles ont pas rechigné.
— Et après ?
— C’est tout. Ils m’ont juste invité à revenir, qu’ils me refileraient du pognon et tout. Noël, ils m’ont dit, c’est des conneries et du fric foutu en l’air. Je leur ai dit que du fric, j’en avais pas, et que je risquais pas de le foutre en l’air. Justement, ils m’ont répondu, justement. Pis y’en a un qui m’a fait tout un baratin sur le partage, que les pauvres, eux ils les aidaient , et tout.
— Tu y es retourné ?
— Non.
— C’est bien ce que je disais. Pour être riche, faut le vouloir. Du coup, tu fais quoi pour Noël ?
— Le Père Noël, devant le Prisu.

Après le printemps arabe, l’automne du même, que suivra l’hiver du re-même, donc arabe. Pis d’abord, c’est pas le printemps arabe, mais les printemps. Pour les autres saisons, ça sera kif-kif, avec du décalage dans l’air… frais, voir glacial. Heureusement, entre frères… musulmans, on se réchauffe, ça va chauffer, et ça chauffe déjà. Comme en Égypte. En, Égypte dont on a rien à cirer, du moins pas plus que de la Syrie, c’est dire, de la Libye et de la robe de mariée de ma petite sœur qui avait oublié d’être pucelle, la salope, quand elle s’est mariée, me demandez pas avec qui, vous le savez, un vieux. Chez nous, les filles, c’est fait pour les vieux. C’est pour ça qu’il me tarde d’être vieux. Soixante huit berges, mon âge, c’est pas assez pour me payer une jolie frimousse du quart de l’âge de mes artères.
Faut dire que les arabes, on n’en a rien à cirer, à encenser ou à loukoumer depuis qu’on a d’autres chats à fouetter. Z’êtes p’têt pas au courant, à cause que votre télé elle marche qu’une fois calée sur La France a un talent à la con*, mais il se passe des choses terribles par chez nous, que c’est pas les 30 000 morts et quelques en Syrie, les je sais pas combien de milliers en Libye (des pro-Kadhafi, donc des traitres) et les 4 ou 5 en Égypte, plus même pas 500 dans les Territoires occupés qu’on se demande quand les Israéliens apprendront à faire mouche, bref moins qu’une ville moyenne de par chez nous… qui vont nous émouvoir. Des choses graves, comme avec L’UMP, un parti plutôt mal parti pour reconquérir le pouvoir, à moins de compter sur le PS et la force de frappe de son équipe largement aussi capable que l’UMP de tirer dans ses propres cages et de marquer le but. Le PS et son savoir faire, on a vu ce qu’ils sont capables de faire et surtout de défaire. Va savoir si c’est pas à cause d’un excès d’imagination. Un parti qui n’en manque pas, d’imagination, c’est l’UMP, ubuesque, médiocratique et puéril, dont les figures de proue, avec leurs comportements débiles, vont finir par pousser sympathisants et adhérents à se glisser dans le lit du FN. Avec une droite décomplexée façon Copé, qui s’assume à sa façon, sale temps pour les arabes qui vivent dans notre beau pays d’où serait sortie, on a du mal à le croire, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Dieu merci, François Fillon est bien décidé à remettre de l’ordre dans ce merdier où sa part de responsabilités n’est pas des moindres. Après tout, qu’est-ce qui l’a empêché de laisser le champ libre au médiocre Jean-François que son avidité du pouvoir conduira nécessairement à l’obtenir. Un combat des chefs de cette trempe, faut reconnaître que 1. ça vaut le détour ; 2. ça fait vendre les canards tant ça franchouillardise ; 3. ça fait doucement rigoler dans les chaumières ; 4. ça permet d’occulter, ne serait-ce qu’un temps, les vrais problèmes et difficultés comme, par exemple, ce qui se passe dans les pays arabes dont seule la presse qui n’est pas lue se fait témoin. Et aussi le chômage, la montée des extrémismes, l’ingérence des religieux dans les affaires de l’état, les arnaques des grands groupes financiers, les scandales liés à la santé, etc. Complétez la liste. 
Parce que tourne toujours plus vite et à vide la roue des infos, demain, on ne parlera pas plus de la guéguerre entre Fillon et Copé que des 5 malheureux centimètres de neige qui ont transformé des automobilistes idiots en naufragés de la route.
Mais si la neige ne cesse de tomber, que l’UMP continue à nous amuser, et que le PS, par un manque cruel du moindre projet de société continue à tromper ses électeurs, en pérennisant un système délétère de gestion d’état, demain, la roue grippée des infos pourrait bien cesser de tourner à vide et s’arrêter sur les gros titres d’un printemps… européen.

* Ah, si Fillon et Copé se présentaient à cette émission…