Articles Tagués ‘Hafez al-Assad’

Je fauche les toisons
j’ébranche les torses
j’effeuille les mains
je pourfends les crânes
j’arrache les coeurs
je moissonne les vivants

Je m’abreuve aux fleuves vermeils

J’étanche ma soif de gloire
aux râles de ceux que je condamne
je me nourris de la souffrance
des suppliciés que j’achève
j’ensemence la haine
j’arrache la vie à la vie
je distille la mort

De cadavres me rassasie

D’Asma si belle je m’enivre
de Hafez, Zein et Karim je suis fier
de mon statut je tire profit
j’ai tout pouvoir sur mes sujets
à mes pieds tremble le peuple
la terreur est mon triomphe

De mensonges me repais

La grandeur est ma fortune
le courage est ma nature
la puissance ma raison d’être
Je suis brave et méritant
clairvoyant dans mes décisions
j’honore Hafez mon père
le dépasse pour m’en montrer digne
Je suis Bachar
le porteur de bonnes nouvelles

Bachar Al Assad pète les plombs Le film rapporté par un pigeon voyageur américain équipé d’une caméra vidéo est sans équivoque. On savait  Bachar très énervé, mais d’apprendre par ses services de renseignements que son score n’avait pas encore atteint les 10 000 morts l’a rendu fou de rage.  Ce qui se comprend si on compare ce score médiocre à celui de son père, un bonhomme qui avait quand même une tout autre envergure et qui avait fait un score de près de 30 000 morts, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Ce qui remet en question l’adage « Tel père, tel fils ».
Appelé au chevet du président Bachar al-Assad, Freud l’ONU, après mûre réflexion et analyse approfondie de la situation, a conclu que le comportement du président syrien était dû à un conflit avec son géniteur, le regretté Hafez du même nom, précédent président de cette Syrie qui fut un des berceaux de l’humanité. En conséquence, et si ce petit galopin de Bachar a été vertement grondé, Sigmund l’ONU, estimant que le seul vrai responsable était son père, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de lui chercher des poux. D’un autre côté, se réservant le droit de retourner ultérieurement leurs vestes, si besoin, les chrétiens locaux l’ont absout momentanément de tout pêché,
Quant à ceux qui prétendent que la scierie court à sa perte, ils feraient mieux de jeter un oeil sur les carnets de commandes qui explosent, notamment celles concernant les planches en sapin.