Articles Tagués ‘censeur’

Si on se réfère aux (grands) principes de nos copains du 4¼ (ou Qatr-Qar) –ce pays mondialement connu pour accueillir la Coupe du monde de pétanque molle–, je suis, tu es, il ou elle est, vous êtes, ils sont, nous sommes dépravés. Car pour publier, vendre et lire des cochonneries comme Blanche Neige et les Sept Nains, il faut vraiment être de satanés pervers sexuel. La Neige en question, avec ses sept nains lubriques, ça doit faire un bail qu’elle n’est plus de toute blancheur, donc virginité. Une seule femme et plusieurs hommes, on pourrait penser que ça passerait, mais erreur, car ce sont des infidèles, nom d’une pipe de dieu.

Le quidam Qatr-Qari qui se la fait censeur, il pense à quoi quand il se baguenaude sur un âne et que les cahotements lui titillent l’entrejambe lui provoquant une roide érection ? Quelles images lui viennent lorsqu’une jolie biquette esseulée le regarde, énamourée ?
Et quand, priant avec ses coreligionnaires ce dieu à qui il fait dire connerie sur connerie, il reluque la tripotée de culs lascifs qui lui font face, que se passe-t-il sous son manteau de laine vierge qu’on appelle là-bas burnes-out ?
Las, las, leurs baudets et caprins laissés choir, que de cartes du Qatr-Qar dessinera-t-il dans sa couche, parfois aidé d’un compagnon qui rêve de s’envoyer en l’air avec une nana affriolante.
Ne s’en passerait-il pas de belles et bien grasses histoires entre ces hommes frustrés, gardiens de la vertu, de bien belles à noter dans les annales.
Mais ne nous y trompons pas : les porcs, c’est nous, pas eux, dont le visage respire la sérénité, la probité, la bonne moralité. Ni stupre, ni vilainies, ni déviances sexuelles. Celles-ci ne sont permises qu’en leur paradis.

Reconnaissons que le vice a pris ses quartiers chez nous. Pour nous en persuader, il nous suffit de parcourir avec lucidité les ouvrages que nous avons à notre disposition, et pire, à celle de nos chérubins. Entre Martine à la mer d’un érotisme époustouflant (la salope !) ; Tintin et Milou qu’on se demande ce qu’ils bricolent à la fin de chaque album une fois rentrés chez eux ; les Dupont inséparables (et pour cause) ; Bibi Fricotin qui fricote quoi  avec son petit copain Razibus Zouzou ? les pieds Nickelés (des escrocs et des voleurs qui mériteraient qu’on leur coupe les mains et le reste, ce qui les empêcherait de passer les leurs au cul des bourgeoises) ; le capitaine Haddock (un poivrot notoire qui ne pense qu’à sauter quelque douairière) ; etc.  Oui, nous somme dépravés, je suis dépravé.

Leur morale d’un autre âge, aux Qatr-Qari, je m’en tape, je m’en branle, je m’en bats les couilles en neige, je m’en astique le chinois, bref je n’en ai rien à secouer.
Et puis diantre, qui c’est-i qui a inventé le sexe et qui a créé la femme et ses trounichons aux troubles fragrances qui la rendent si désirable ? C’est le plombier ? le facteur ?
Puis au Qatr-Qar, les mâles ayant de quoi satisfaire leurs besoins sans l’usage d’une quelconque femelle, qu’est-ce donc qui les empêcherait de les éradiquer purement et simplement ?

Publicités