Archives de la catégorie ‘obscurantisme’

Si on se réfère aux (grands) principes de nos copains du 4¼ (ou Qatr-Qar) –ce pays mondialement connu pour accueillir la Coupe du monde de pétanque molle–, je suis, tu es, il ou elle est, vous êtes, ils sont, nous sommes dépravés. Car pour publier, vendre et lire des cochonneries comme Blanche Neige et les Sept Nains, il faut vraiment être de satanés pervers sexuel. La Neige en question, avec ses sept nains lubriques, ça doit faire un bail qu’elle n’est plus de toute blancheur, donc virginité. Une seule femme et plusieurs hommes, on pourrait penser que ça passerait, mais erreur, car ce sont des infidèles, nom d’une pipe de dieu.

Le quidam Qatr-Qari qui se la fait censeur, il pense à quoi quand il se baguenaude sur un âne et que les cahotements lui titillent l’entrejambe lui provoquant une roide érection ? Quelles images lui viennent lorsqu’une jolie biquette esseulée le regarde, énamourée ?
Et quand, priant avec ses coreligionnaires ce dieu à qui il fait dire connerie sur connerie, il reluque la tripotée de culs lascifs qui lui font face, que se passe-t-il sous son manteau de laine vierge qu’on appelle là-bas burnes-out ?
Las, las, leurs baudets et caprins laissés choir, que de cartes du Qatr-Qar dessinera-t-il dans sa couche, parfois aidé d’un compagnon qui rêve de s’envoyer en l’air avec une nana affriolante.
Ne s’en passerait-il pas de belles et bien grasses histoires entre ces hommes frustrés, gardiens de la vertu, de bien belles à noter dans les annales.
Mais ne nous y trompons pas : les porcs, c’est nous, pas eux, dont le visage respire la sérénité, la probité, la bonne moralité. Ni stupre, ni vilainies, ni déviances sexuelles. Celles-ci ne sont permises qu’en leur paradis.

Reconnaissons que le vice a pris ses quartiers chez nous. Pour nous en persuader, il nous suffit de parcourir avec lucidité les ouvrages que nous avons à notre disposition, et pire, à celle de nos chérubins. Entre Martine à la mer d’un érotisme époustouflant (la salope !) ; Tintin et Milou qu’on se demande ce qu’ils bricolent à la fin de chaque album une fois rentrés chez eux ; les Dupont inséparables (et pour cause) ; Bibi Fricotin qui fricote quoi  avec son petit copain Razibus Zouzou ? les pieds Nickelés (des escrocs et des voleurs qui mériteraient qu’on leur coupe les mains et le reste, ce qui les empêcherait de passer les leurs au cul des bourgeoises) ; le capitaine Haddock (un poivrot notoire qui ne pense qu’à sauter quelque douairière) ; etc.  Oui, nous somme dépravés, je suis dépravé.

Leur morale d’un autre âge, aux Qatr-Qari, je m’en tape, je m’en branle, je m’en bats les couilles en neige, je m’en astique le chinois, bref je n’en ai rien à secouer.
Et puis diantre, qui c’est-i qui a inventé le sexe et qui a créé la femme et ses trounichons aux troubles fragrances qui la rendent si désirable ? C’est le plombier ? le facteur ?
Puis au Qatr-Qar, les mâles ayant de quoi satisfaire leurs besoins sans l’usage d’une quelconque femelle, qu’est-ce donc qui les empêcherait de les éradiquer purement et simplement ?

Publicités

Si la terreur n’avait pas autant la cote, les actes de terrorisme, sans passer inaperçus, ne feraient peut-être pas la une des médias comme ils la font. Médias historiques –radios, télés, presse écrite– et  médias hystériques –réseaux sociaux– où chacun s’échine à faire de la surenchère, buzz oblige.
Personne d’autre que ces crapules de djihadistes, n’a jamais eu droit à une telle couverture médiatique, autant dire publicité gratuite, locale, nationale et internationale. Pub directe, lorsque sont relatés les méfaits assassins de ces gens prêts à tuer leurs proches et à faire violer par leurs coreligionnaires dévoyés leurs propres enfants ; pub indirecte, surtout de la part des médias hystériques où on ergote à tout va sur les événements en cours, avec mise au placard de l’usage du conditionnel.  Ils encombrent l’espace numérique, d’une certaine façon s’immiscent dans les interventions de la police et de la justice et en gênent le bon déroulement. Mais l’indécence étant la clé d’une forte audience, laquelle participe à l’émergence d’un consensus (on est tous Charlie, on est tous Paris, on est tous des veaux), on laisse faire, on se laisse prendre au piège, pourvu et tant que chacun y trouve son compte.
Une multinationale de  l’événementiel est née. Bravo et félicitations aux parents finauds dont l’entreprise, au final, aura coûté moins de 200 morts, quelques dizaines d’orphelins, de veuves et de veufs. Plus quelques dégâts matériels (si dommageables). Une misère si on pense aux 30000 victimes du terrorisme qu’il y a eu en 1 an et qui n’ont pas eu la chance d’être tenus au chaud sous une bonne couverture médiatique.

NB : le malheur des uns (perte d’être chers) fait le bonheur des autres (ne souhaitant vexer personne, je n’entrerai pas dans le détail), ce qui ne les empêche pas de compatir, tout en se félicitant éventuellement de la progression d’un chiffre d’affaire, compassion et intérêt n’étant pas incompatibles.
Jusqu’à présent pas touché directement par ces actes terroristes cruels, orduriers et imbéciles, je me refuse à m’accorder le droit de sombrer dans la tristesse. Elle est réservée à qui serait dans l’affliction. Convenances obligent, et quand bien même cela serait convenu, recevez mes condoléances si vous avez été blessé(e) dans votre chair, dans votre cœur ou dans votre conscience.

— Moi, je dis qu’i faut tout y éradiquer, les arabes. Plus d’arabes, plus de terrorisme.

— Mouais, mais les arabes, c’en est bourré. Moi je dis que si on supprime tous ceux qu’ont le profil de victimes et tous les machins que ça fait des cibles pour les terroristes, on leur enlève le pain de la bouche, aux arabes. Plus de victimes possibles, plus de terroristes.

— Ah oui, et ceux qui feraient les victimes, tu fais comment pour y trier parmi tout ce beau monde ?

— Ch’sais pas, et c’est pas mes affaires. C’que je sais, c’est que tous les arabes sont peut-être pas des terroristes. Que même y’aurait des arabes chrétiens.

— Je dis pas non, mais avoue qu’on peut pas leur faire confiance. Ce qu’ils baragouinent, on n’y comprend que dalle, et c’est pas pour rien. Quand ils causent, tu crois qu’ils parlent de quoi ? Des saloperies qu’ils vont faire. Sinon, ils causeraient comme nous. C’est comme les sourds et muets que la plupart sont pas plus sourds que toi et moi. Ils sont faux, les sourds, comme les arabes. Les pires, c’est les arabes sourds et muets.

— Ou aveugles. Ou encore ceux qui sont en chaises roulantes qu’entre parenthèses, qui c’est qui les leur a payées ?

— Un arabe sourd muet qui se balade comme ça, mine de rien, dans son fauteuil roulant, tu peux être sûr que c’est un terroriste. Son engin, je te file mon billet que si tu le démontes, il est bourré d’explosifs.

— Une vraie machine de guerre.

— Il est là, à jouer le touriste, sûr de lui, fin prêt à nous planter un couteau dans le dos, façon de parler –si tu vois c’que j’veux dire–, parce que 10 kilos d’explosifs, c’est encore autre chose. Il s’imagine quoi, ce foutu salopard ? Qu’on va pas se bouger le cul et le laisser faire ses petites affaires de merde à sa guise ? C’est par où qu’elle est déjà, la Seine ?

1 milliard 200 millions de catholiques sur terre. Incroyable ! À croire que les cathos, quoi qu’on en dise, coïtent largement autant que les autres, si ce n’est plus. 
J’imagine qu’ils communient au même moment. Mais non, pas lors de leurs ébats ! Il est bien entendu que, tous ne pouvant passer à confesse, la plupart ne seront pas en état de grâce et qu’une autre plupart sera même en état de péché, du banal véniel à celui de luxe, mortel. 1 milliard d’hosties ! Un sacré marché, les hosties… Plus que les missels et les bibles qu’on se refile de grenouilles de bénitier en tétards de fonts baptismaux. 
Tout de même extraordinaire, qu’il y ait autant de cathos, surtout qu’au départ, on ne peut pas dire qu’ils tenaient longtemps. Je ne sais pas comment ils s’y sont pris, mais pour moi, ça tient du miracle. 1 milliard 200 millions !
Certes, il ne faut pas rêver, et tous n’assistent ni aux messes, ni aux angélus, ni à vêpres, ni aux complies, et tous n’ont pas la foi, la vraie foi chrétienne, mais tous ont bien dû être baptisés, s’ils sont cathos. Alors l’hindouisme, avec ses 10 millions de zozos qui vont faire trempette dans le Gange, ses adeptes peuvent aller se rhabiller.
Une grande et belle famille, les cathos. Oui, il arrive qu’ils se chamaillent, mais dans l’ensemble, ça ne se passe pas si mal. Petit clergé ou laïcs, je parle de ceux de base, soyons sérieux. Parce qu’au Vatican, entre les luttes de pouvoir, les cachoteries, les larçins, les coups en vache et les poissons du 1e avril qu’ils s’accrochent dans le dos en rifougnant méchamment, ça n’est pas la même. Mon bon Jésus, tu as vu ce qu’ils font de ton symbole ? Si on en croit les mauvaises langues, ça se réconcilie bien un peu sur l’oreiller, mais ça n’empêche en rien les crocs en jambe vicelards que certains font à leurs petits copains, rien que pour les faire bisquer ou pour avoir la meilleure place au réfectoire. Celle à la droite du quasi dieu vivant qu’est le pape, et à une coudée du secrétaire d’État qui fait la pluie, le beau temps, plus quelques tours de magie à côté desquels ceux de Houdini n’étaient que de gentils amusements pour des bambins un rien crétins. Mais quel boulot pour parvenir à être dans les petits papiers du Grand Pontifiant et, en même temps, du Grand Manipulateur. Bravo !
Et bravo à ces catholiques qui observent un rien aveuglément ces règles qu’on leur édicte, règles que nombre de leurs auteurs ne respectent que selon leur bon vouloir et intérêt personnel, en même temps que, prenant sans doute des lanternes pour des vessies et leurs ouailles pour des idiots, ils parjurent, rompent allègrement leurs vœux, violent leurs serments et plus. Si affinités.

Ah les cons ! Les cons, les cons, les cons, les cons ! Il a fallu qu’ils se tirent là-bas sans me demander mon avis. Les doubles cons !
Je me fais chier à faire le guru, qui s’écrit comme ça et pas autrement, je sais de quoi je cause puisque je suis guru, deux stages de 24 heures, 3000 euros, c’est pas rien et c’est pas pour rien puisque, diplôme en tête sur du papier à en-tête avec logo et tout le bataclan de l’organisme de formation habilité par lui-même à former des gurus, je me trouve 8 bonnes femmes et la proportion correspondante de mecs, donc 2, je te fais un groupe avec ça, je te les enseigne et te leur révèle LA MISSION, et ils font quoi ? Des conneries.
Bon, j’ai ma petite idée sur la responsable, une pétasse qui se prend pour je sais pas qui, qu’elle voulait coucher avec moi, une dinde comme ça, fallait pas y compter, que je te l’ai renvoyée à sa main gauche (elle est gauchère) à défaut de la faire retourner à l’envoyeur, sa mère, une autre dinde, qu’elle aurait pas payé les cours à sa fi-fille en espèces sonnantes et trébuchantes, qu’elle serait allée se faire voir.
Guru et chaman, que je suis. Guru seul, c’était 2000 euros, mais le chamanisme c’est vachement plus porteur, retour d’affection, départ des infections, soins au lit-stick, un truc qui se fait avec des prières et de l’encens, un peu comme les coupe-feu ils y font, mais c’est plus de la physique cantique, enfin c’est un peu compliqué pour que j’y explique, ou alors faudrait plus de temps, et le temps, c’est pas ce qu’on a de trop en ce moment. Tu parles, on est le 12 décembre, le 12/12, si tu préfères, et pas n’importe quel 12/12, si tu vois ce que je veux dire. 12/12/12. 36, si tu préfères, l’âge du Christ quand il lui est arrivé des bricoles, si tu ôtes 3 à 36. Pourquoi 3 et pas 4 ? Parce que le 1 plus le 2, ça fait 3, et qu’en plus il y a 3 fois la même multiplication opération le même résultat. Je t’expliquerai plus tard, au prochain cours. Tu enlèves 12 à 21, si tu préfères le Pendu au Soleil, ça c’est aux tarots, pas çui avec le casse-dalle jusqu’à point d’heure, et ça te donne quoi ? 9. L’Air-mite, c’est aussi du tarot. Autant dire que ça veut tout dire, qu’on a plus que 9 jours avant la Révélation. Et cette pétasse qui leur a parlé de fin du monde, que pour y échapper fallait aller au Bugarach, cette chiure de cailloux que même les biquettes ça les fait chier d’enfer quand on les y envoie paître. Fin du monde mon cul, oui. Cela dit, ils vont y payer, et cher. Le Bugarach, les zovnis, l’armée, les crottes de bique que il y en a qui disent que ça a rien à voir avec des vraies crottes de bique, que c’est des trucs d’extra-terrestres, et puis quoi ?
 Des conneries, je leur ai dit et redit, tout juste bon pour des gogos. Tu me diras, je suis pas très fute-fute sur ce coup-là, parce que des gogos, l’équipe de bras cassés que je me suis trimballé 2 soirs par semaine, de 19 heures à 20h30 pour une misère, 50€ par tête de pipe la soirée, je leur avais dit, c’en est des sacrés, de gogos. Sauf une petite blondinette, une délurée, que je lui faisais gratos, à cause que. Des conneries, avec preuves à l’appui. Le Bugarach sans ou avec fin du monde, je leur ai expliqué, vous voulez des preuves que ça tient pas la route ? Alors je leur ai données.
 Montrez-moi où ça se trouve, pour commencer. Ils avaient même pas de carte, les imbéciles. C’est dans le midi, dans le coin des catares ou un truc comme ça, la pétasse a dit. À côté de là où y’a un curé qu’était plein aux as, qu’il avait fait fortune avec un trésor des astrogoths ou des types pareils, avec l’histoire de Marie Madeleine, un truc qu’un écrivain il y avait écrit, Prouste, i paraît, mais je suis pas sûre. Le e à sûre, c’est pour bien montrer que c’est la pétasse qui cause, pas moi, quand même.
 Intéressant, ce que tu racontes (là, c’est moi qui cause), sauf que ce machin du Bugarach, c’est du bidon, inventé de B à H. Manque le code. Bugarach, faut y décoder, je leur ai dit, et moi, je l’ai décodé. Avec mon guide spirituel, un ange décodeur, un vrai de vrai spécialiste, un crac du décodage. Et vous savez quoi ? je leur ai dit. Bugarach, dans les textes anciens chez les Mayas qu’étaient des amers indiens, je parle des vrais textes écrits en indien, c’est un peu comme l’égyptien ancien, sauf le coin, il en est pas question, c’est d’autre chose qu’ils causent, un char qui fout tout en l’air, eux je sais pas comment ils l’écrivent exactement, mais le résultat c’est CHARABUG, qui se prononce CHAR A BUG, sauf que le U c’est comme le OE qu’on trouve dans l’œuf, au singulier. Quand je dis le résultat, c’est une fois décodé, parce qu’ils y ont mélangé les lettres, sans doute exprès, parce que le hasard, qu’on me dise pas qu’il existe, et tu sais pourquoi, parce qu’i y’a pas de hasard.
Alors en fait, ce qu’on en a déduit avec le décodeur qu’on y a décodé ensemble, ça serait un engin spécial, un char, qu’on y embarquerait des connards qui croient qu’ils vont être sauvés d’une fin du monde qu’existe pas, et le char en question il est daubé, à cause que le programme informatique pour l’envoyer sur Orion il a un bug, ça s’écrit bug, mais faut dire beug, sinon ça veut rien dire.
 Voilà ce que je leur ai dit à ma bande d’handicapés. Moi, qu’ils aillent se foutre en l’air dans les immensités cosmiques, c’est leur problème et je risque pas de les en empêcher, après tout ils ont bien le droit, mais question revenus que je comptais dessus pour qu’ils viennent, ça me revient pas qu’ils me passent sous le nez. Surtout à cause d’une pétasse que je me demande si elle se prendrait pas un peu pour moi, tu me diras il y a pire.

Maintenant on va voir comment ça va se passer avec les poupées que j’ai fabriquées, une par tête de pipe. Je peux pas dire que ça leur ressemble, mais j’ai mis les noms avec les dates de naissance, et en physique cantique, ça fait pareil, à condition qu’il y ait un max d’angstreumes et que le ying et le yang soient alignés en harmonie. Un peu d’huile essentielle, et ça y fait. Pour la gourette, c’est tout vu, une aiguille dans le cul, et basta. J’ai pas d’aiguille, mais j’ai récupéré des petites piques d’apéro, qu’avec tu chopes les olives, même si c’est moins facile que de choper des petits dés de gruyère. Je dis Gruyère, mais va savoir si c’est pas du Comté, et va même savoir si c’est pas encore une histoire de code. Les autres, je te leur ai mis une corde autour du cou, qu’il y ait plus qu’à tirer dessus pour les ramener au bercail. Pas une vraie corde, je suis pas débile, mais une symbolique que j’ai fait avec de la ficelle symbolique aussi, que j’ai poissée, du chanvre, que les intempéries puissent pas les bouziller. De la poix symbolique aussi. Un coup de flotte, un coup de soleil, un coup de gel et ta corde elle a vite fait d’être bouzillée si tu l’as pas poissée.

Et voilà, y’a plus qu’à attendre, encore que c’est pas obligé. Mais faudra pas qu’ils soient montés dans l’engin pour que je les ramène, sauf la pétasse. Les cordes symboliques, passe encore pour ramener quelqu’un à soi, quand même pas trop gros, mais un engin spécial spacial, ta corde elle pète à coup sûr. Sauf si elle est blindée ? Peut-être bien, mais t’as une idée de ce que ça pèse une corde blindée ?