Jolly Jumper ne fume pas, tant mieux.

Publié: 2 novembre 2015 dans humour décalé, santé
Tags:, , , , ,

Clope après clope je fume. À un train d’enfer. Je ne m’arrête pas en gare, parce que les escarbilles retombent mollement n’importe où, sans m’apporter la moindre satisfaction. Répit pour le gamin qui ne sait pas ce que veut dire « Nicht hinauslehnen« .

Trop tôt sevré des mamelles taries de ma mère, j’ai eu vite fait de la tromper.
Des copains me l’avaient présentée lors d’un week-end consacré comme tant d’autres au désoeuvrement. Une blonde sans faux col qui fleurait l’Amérique, joliment roulée. Lucky, ils l’appelaient. Lucky Strike. C’était à qui avait le plus la bouche en cul de poule, une technique qui ne s’obtient qu’à force d’assuidité.
Fumer est plus compliqué qu’il ne semble. Avaler la fumée et la rejeter par les naseaux après en avoir crépi les poumons est un jeu d’enfant ; prendre la juste pose du cow-boy désabusé est une toute autre affaire qui oblige à aller au charbon. Sachez-le : fumer demande assiduité et héroïsme, aptitudes dont les membres des ligues anti-tabac sont hélas privés.lucky_strike
Clope sur clope je fume, sans peur. Et ce n’est pas avec son haridelle que la Camarde me rattrapera si ce n’est pas l’heure.
La plaine rétrécit sous les nuages qui s’étirent. Je tâte mon paquet de Lucky Strike. Il m’en reste une toute dernière, aplatie derrière le bullseye défraichi. La dernière ?

Pataclope, pataclope. Jolly Jumper ne fume pas, grand bien me fasse.

Publicités

Laisser un commentaire si vous le souhaitez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s