Les vraies colonnes de réfugiés, c’est quand même mieux que celles que l’on voit dans les films des années 39-45, mêmes ceux colorisés. On y croit, mais pas plus que ça, alors qu’aujourd’hui, et malgré l’absence de Stukas avec leurs jolies sirènes qui égayaient les routes de l’exode en 40, ça t’a quand même une autre gueule. La magie du direct et de la couleur ! Sans compter le son d’une telle qualité, qu’on s’y croirait. Ça braille, ça crie, ça gueule, ça chiale, et pour un peu on les entendrait penser. Chapeau, la technique !
Quelque chose m’échappe, cependant: l’absence de drones. Les Stukas, je comprends, à cause de quelques mauvais souvenirs, que la mémoire a beau être courte (on s’arrange comme on peut), n’a pas encore effacés, mais les drones, en quoi poseraient-ils problème ? Des drones hongrois pourraient très bien larguer de gentils tracts d’accueil ou, à défaut de tracts, des petites bombes qui pousseraient les réfugiés sur la Slovaquie. Où des trains les conduiraient jusqu’en Pologne, via la Tchéquie.
Pensant à une solution de ce type certains dirigeants de ce quarteron de félons et traîtres à l’éthique européenne regretteront la période bénie de la dernière grande guerre. Mais qu’ils ne désespèrent pas, car au train où vont les choses, le claquement des bottes pourrait bien résonner à leurs oreilles. Et aux nôtres.

Publicités

Laisser un commentaire si vous le souhaitez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s