animaux foie gras elephantQuoiqu’on en dise, le gavage des oies est terrible, comme le souligne l’interview accordée à l’une d’entre elles qui a déclaré : « le gavage, c’est terrible »
Emu par cette déclaration, le conseil national de l’agro-alimentaire, réuni en instance d’urgence, a adopté les directives suivantes :
1. Il est désormais interdit de gaver les oies ainsi que les canards.
2. Comprenant la frustration des amateurs de foie gras, et compte tenu que les en priver reviendrait à une forme de discrimination, il a été convenu que :
Petit a. Sachant que le foie d’un éléphant majeur est équivalent à 800 foies d’oies et à 1100 foies de canard, c’est désormais le seul foie des pachydermes de type Elephantidae qui sera exploité pour fournir ce mets délicieux aux gourmets amateurs de foie gras. En conséquence et désormais, seuls les éléphants seront dorénavant autorisés à se gaver pour le bien être de tous, y compris le leur.
Petit b. Afin d’éviter toute perte de revenus aux éleveurs d’oies et de canard, ceux-ci pourront soit les plumer afin d’en confectionner de moelleux oreillers, soit en faire le commerce auprès de sociétés de gardiennage et de sécurité en ce qui concerne les oies, soit encore, pour ce qui est des canards, les louer aux fanfares municipales désireuses de gagner un prix d‘interprétation lors des concours de cliques et fanfares organisés sur le territoire. Charge à elles d’introduire subrepticement les dits canards au sein des formations concurrentes.
Petit c. Le gavage des éléphants devra se faire en observant scrupuleusement le code du Droit des animaux : il devra avoir lieu de jour pendant les heures ouvrables, et le calibre des canons de gavage ne devra pas excéder 75mm. Le jour anniversaire de l’embarquement des animaux dans l’arche de Noé sera une journée chômée pendant laquelle les éléphants auront quartier libre.
Petit d. La récolte des foies devra être assurée sous contrôle d’huissier et selon les préceptes hallal pour les régions du sud du territoire, kasher pour les régions du nord.

croisements

Par ailleurs, et s’inspirant de la fabrication du fil de fer barbelé obtenu par le croisement du hérisson avec le ver à soie, les saucisses et assimilés devront désormais faire appel aux croisements d’espèces suivants :
1. Couleuvre et cochon de la région Midi-Pyrénées pour les saucisses de Toulouse ;
2. Orvet et mouton pour les merguez ;
3. Ver de terre et porc pour les saucisses de Francfort.
Dans la même optique, les sandwichs au jambon devront être le résultat du croisement entre une truie et un boulanger.

Généticiens, à vos éprouvettes ; ingénieurs, à vos méninges.

boulanger truie sandwich

Publicités

Laisser un commentaire si vous le souhaitez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s