Un vers à soie (point rouge à gauche) tentant desespérément de rejoindre un hérisson (point rouge à droite) en vue d’engendrer du fil de fer barbelé

Selon des sources qui ont grossi, suite aux dernières précipitations qui se sont abattues avec violence sur la région, la faim du monde tant annoncée pour le 21 décembre de cette année 2012, semble être en bonne voie de se produire. Avec l’afflux anormal de clampins, touristes, journalistes, simples curieux et autres blaireaux en mal de sensations fortes qui les ont défoncées, les routes et chemins auparavant carrossables ne sont plus praticables, ce que ne devraient pas arranger les intempéries attendues dès le 16 novembre. Intempéries, rappelons-le, dues à la mauvaise humeur du dénommé Atlas causée par un renversement d’épaules douloureux, lui-même consécutif au refus de son frère –un certain Prométhée– de prendre le relai pour porter la Terre à bout de bras et l’éclairer, éventuellement. Les denrées n’arrivent plus à destination, ce dont se plaignent les commerçants qu’un chiffre d’affaire en baisse risque de contraindre au dépôt de bilan, ce qui, on s’en doute, n’est pas fait pour arranger les choses.
 Parce que la farine manque, il n’y a plus de pain ; parce que les éleveurs ne sont plus livrés en aliments pour bétail, les étals des boucheries sont vides ; parce que les articles d’épicerie n’arrivent plus à destination, la moutarde monte au nez des consommateurs et le thon monte ; parce que le tourteau en provenance d’Espagne ne peut être acheminé, les vaches n’ont plus de lait et le crémier plus de fromage ; parce que les vers à soie et les hérissons ne peuvent plus se croiser à cause des sols défoncés, de la boue qui les rend glissants et de la flotte qui calme leur ardeur, les forces de l’ordre ne disposent plus de fil de fer barbelé pour contenir la foule des abrutis que la disette rend agressifs ; parce que, parce que, parce que…
Les rayonnages se vident, les rayonnages sont vides et la foule des badauds qui baguenaudent sur le Bugarach ne cesse pourtant de grossir.  À Rennes-les-Bains dévastée, une commune proche où se sont installées des hordes de jean-foutre, et comme partout à l’entour du Bugarach, la faim du monde est proche.

Publicités
commentaires
  1. gold price dit :

    Nous avons la chance de venir d’un pays qui ne laisse pas indifférent. Partout dans le monde vos interlocuteurs ont un avis sur la France. Nous avons un capital émotionnel garanti dans le monde, servons-nous en. On va vous associer à des clichés, qui vous paraîtront parfois vrais, parfois faux. Néanmoins, “le contraire de toute vérité est aussi vrai que la vérité elle-même”. Vous ne pourrez pas toujours corriger les erreurs de jugement, mais vous pourrez exister à l’étranger parce que vous portez en vous la France.

Laisser un commentaire si vous le souhaitez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s