En fait, quand ça brûle, ça ne pète pas, sauf si c’est en train de cuire dans une cocotte minute, un autocuiseur comme on dit aujourd’hui.
C’est comme la pression, qu’elle soit sociale fiscale ou celle de mon jean. Même pas porté une heure, et,v’là que la pression a fait relâche. Tu me diras, avec les demis engloutis avec les potes, c’était pas plus mal.

En tout cas, et c’est pas pour dire, mais ça brûlotte dard dard. Dare dare aussi, si on préfère. Partout, même dans les déserts, et les déserts, entre les culturels, les  affectifs, ceux de l’intelligence ou simplement ceux de la raison, c’est pas ce qui manque.

Non, le monde n’est pas malade, mais ceux qui le gouvernent le sont. Cruellement et irrémédiablement malades.  Sans compter qu’ils sont idiots, incommensurablement idiots. Une preuve ? Regardez-les scier la branche sur laquelle ils sont assis sous le regard esbaudi de quelques invités au grand gâchis, qui applaudissent.

Publicités

Laisser un commentaire si vous le souhaitez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s